Billet d’humeur estival

Lundi 2 Septembre 2019

Nos données, les réseaux sociaux et le citoyen.

Il aura malheureusement fallu le scandale de Cambride Analytica, au moment du RGPD, pour que les esprits s’éveillent enfin. Les États ont compris que l’on pouvait prendre le pouvoir sur les masses par l’exploitation de leurs données personnelles. Incroyable tout de même, toutes ces années d’utilisation de ces données comme si cela était normal et ne pouvait avoir d’impact. D’ailleurs, c'est le mot d’ordre : être sur les réseaux sociaux. Ce, à un tel point que ne pas y être est considéré comme suspect.

Voici les scénarios :

  • dans le cas où vous n'avez pas conscience des risques autour de l'exploitation de vos données personnelles, alors vous utilisez et abusez de l'environnement numérique à votre disposition, à vos risques et périls, mais de façon inconsciente, donc tout va bien ;
  • dans le cas où vous avez conscience des risques autour de l'exploitation de vos données personnelles, alors vous êtes consciencieux dans l'utilisation de votre environnement numérique, bien que ceci nécessite un effort constant de vigilance. Pénible, en fait. Ou alors, vous décidez de ne pas exploiter cet environnement et, quelque part, vous en payez le prix. Il faut être certain que vous avez plus d'avantages à ne pas l'utiliser.

En réalité, les efforts sont inversés. Ce sont les sociétés technologiques qui devraient être naturellement garantes de la sécurité et de l'éthique de l'exploitation de vos données. On pourrait faire un parallèle avec les constructeurs automobiles. En effet, c'est bien à ces constructeurs de vous livrer un véhicule garantissant votre sécurité.

Or, sur le marché de l'exploitation de la donnée, les acteurs concernés, notamment les GAFA, ont un modèle économique qui repose sur l'exploitation de vos données pour commercialiser des espaces "pub". Leur positionnement technologique est un moyen de soutenir leur business model mais pas une fin en soi.

En ce sens, ce ne sont pas des éditeurs de technologies.

C'est un marché de dupes. D'aucuns rétorqueront que c'est un accord implicite depuis le début. L'environnement numérique dans sa globalité est gratuit : en échange de vos données personnelles, on vous livre différents services.

Cette notion de gratuité permanente est en fait une illusion bien entretenue par l'ensemble de cet univers digital. Elle produit d'ailleurs plusieurs écueils.

En premier lieu, pour accéder à cet univers il faut pouvoir s'offrir un support hardware et payer un abonnement à un réseau, a minima. Ne pas être en mesure de s'offrir ce type d'accès est aujourd'hui réellement contraignant d'un point de vue personnel et professionnel. C'est le premier niveau de marché de dupes. Rien n’est gratuit.

En second lieu, les GAFA, pour ne parler que d'eux, n'ont jamais expliqué clairement leur commerce construit autour de vos données personnelles. Dans une économie de marché, il est assez incroyable de produire autant de valeur financière à partir d'une matière première détournée. Les marques, quant à elles, se sont octroyé le droit d'exploiter vos données, sans trop de limites, sous prétexte que vous étiez leur prospect ou leur client.

Un vrai Far West numérique.

Il commence à être légiféré mais il faut y ajouter une couche d’éducation et de responsabilisation portée par tout un chacun.

Comment éduquer sur un sujet aussi vaste et incontournable ?

Sans aucun doute, les éditeurs de plateformes technologiques spécialisées dans l'exploitation des données personnelles ont un rôle clé à jouer.

En tant qu'éditeurs, nous sommes là pour anticiper les évolutions du marché qu’elles soient d'ordre légal ou d'usage. Et surtout, en tant que professionnels, nous devons être garants de l'éthique de vos données.

Ne vous trompez donc pas dans le choix de votre éditeur de solutions pour l'exploitation des données personnelles de vos clients et prospects.

L'éducation du marché passera par votre comportement responsable, corrélé à vos choix technologiques.